Le mariage forcé

Publié le par Sahih Din

 

Est-il permis à un père de forcer sa fille à épouser un homme en particulier avec lequel elle ne veut pas se marier ?

Ni le père ni personne d'autre ne peut forcer une femme qui est sous sa tutelle à épouser un homme avec lequel elle ne veut pas se marier.

En fait, sa permission (à elle) doit être recherchée.
Le Messager d'ALLAH a dit :
« La non vierge ne doit pas être mariée sans être consultée.
Une fille vierge ne doit pas être mariée à moins que l'on ait recherché son consentement. » Ils dirent :

« O Messager d'ALLAH ! Comment donne-t-elle son accord? »

Il dit : « Par son silence ! » Dans une autre narration on lit :
« Son silence est son accord. »
Et dans une troisième narration on lit :
« Le père d'une vierge doit rechercher son accord et son accord c'est de garder le silence. »

Le père doit rechercher son accord qu'elle ait neuf ans ou plus.
De même, les autres tuteurs ne peuvent pas la marier sans son accord.
Ceci est obligatoire pour eux tous.
Si une femme est marier contre son gré, le mariage n'est pas valide.
Cela, parce que une des conditions de validité du mariage est que les deux partenaires acceptent ce mariage.

Si elle est mariée contre son gré, par la menace ou par la force, alors le mariage n'est pas valide.
La seule exception en cela est le père et sa fille de moins de neuf ans.
Il n'y a pas de mal à la marier si elle à moins de neuf ans, selon l'opinion correcte.
Ceci est basé sur le fait que le Prophète a épousé Aisha sans son consentement alors qu'elle avait moins de neuf ans comme cela est déclaré dans un hadith authentique.

Cependant, si elle a neuf ans ou plus, elle ne peut pas être mariée, même pas par son père, à part si elle y consent.
Le mari ne doit pas approcher la femme s'il sait qu'elle ne veut pas de lui, même si le père est d'accord.
Il doit craindre ALLAH et n'approcher aucune femme qui ne veut pas de lui-même si sont père déclare qu'il n'a pas forcé sa fille.

Il doit éviter ce qu'ALLAH lui a interdit.
Ceci, parce que le Messager d'ALLAH a ordonné que son accord soit recherché.
Nous conseillons aussi à la femme de craindre ALLAH et d'accepter le mari son père a trouvé qu'il lui convient, tant que le futur fiancé est bien en religion et caractère.
Ceci est vrai même si celui qui fait le mariage n'est pas le père mais son tuteur légal.
Nous conseillons cela parce que car il y a beaucoup de bonnes choses et de bénéfices dans le mariage.
Et il y a beaucoup de danger à vivre en célibataire.

Je conseille à toutes les jeunes femmes d'accepter els hommes qui viennent les demander s'ils leur conviennent.
Elles ne doivent se servir des prétextes de l'école, ou autre pour éviter le mariage.

Le regard du désir.
Cela est interdit car il contient du mal et de la tentation.
Deuxièmement, il y a le regard simple sans luxure ni désir.
Il n'y a aucun mal dans ce type de regard conformément aux paroles des érudits.
Cela est permis et confirmé dans les Sahih de (Al Boukhari et Mouslim) que Aisha regardait les abyssins faisant leur danse de la guerre.

Le Prophète la dissimulait d'eux et il approuvait ce qu'elle faisait.
De plus, les femmes marchent dans les rues et regardent les hommes bien qu'elles portent le hijab.

Une femme peut regarder un homme si ce dernier ne la voit pas. Cependant l'unique condition est que ce regard ne doit pas être accompagné de luxure, de désir ou de tentation.
Si c'est un regard de désir ou de tentation alors c'est interdit que ce soit à la télévision ou ailleurs.

"Ô vous qui croyez ! Evoquez DIEU d'une façon abondante.
et glorifiez-Le à la pointe et au déclin du jour.
C'est Lui qui prie sur vous, - ainsi que Ses anges, - afin qu'Il vous fasse sortir des ténèbres à la lumière ; et Il est Miséricordieux envers les croyants.
Leur salutation au jour où ils Le rencontreront sera :
"Salam" [paix], et Il leur a préparé une généreuse récompense."
(Sourate 33, 41 - 44)


"et supporte patiemment la décision de ton Seigneur.
Car en vérité, tu es sous Nos yeux.
Et célèbre la gloire de ton Seigneur quand tu te lèves ;
Glorifie-Le une partie de la nuit et au déclin des étoiles."
(Sourate 52, 48 - 49)

 

 

Publié dans ADORATIONS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article