Droits et devoir du mari et de l'epouse dans l'islam

Publié le par Sahih Din

 

 
Certains devoirs sont communs aux deux, mari et épouse :
Avoir de l'amour pour l'autre

DIEU, dans le Coran, dit :
"Et parmi Ses signes figure le fait qu'Il a créé pour vous, de vous-mêmes, des épouses afin que vous éprouviez le repos auprès d'elles et qu'Il a mis entre vous amour et tendresse." (Coran 30/21).

L'amour est parfois présent dès le début du mariage (parfois même avant), et parfois ne l'est pas dès le début.
Mais en tous les cas il faut l'entretenir et le développer par tous les moyens qui entrent dans le cadre éthique de l'islam : des sourires, des petits cadeaux, un petit tour entre amoureux de temps à autre.

"Quel est l'humain que tu aimes le plus ?

" demanda-t-on un jour au Prophète.
"C'est Aïcha" [épouse du Prophète], répondit-il. "Parmi les hommes ?"

demanda celui qui avait posé la question. "C'est le père de Aïcha." (rapporté par Al-Bukhârî)

Avoir de la bonté pour l'autre
Avoir de la bonté pour son conjoint, c'est avoir de la miséricorde pour lui, s'occuper de son bien-être, partager ses peines et ses joies, en un mot : vivre ensemble, à deux.

Le Prophète n'était-il pas venu ainsi se réfugier auprès de son épouse Khadîdja lorsqu'il avait été effrayé par la première manifestation de l'ange ?

Et Khadidja n'avait-elle pas pris le temps de le réconforter par des paroles apaisantes, puis de l'emmener plus tard auprès de son cousin Waraqa ?
(rapporté par Al-Bukhârî).

Une nuit, alors que le Prophète ne trouvait pas le sommeil, son épouse Aïcha lui dit : "Que t'arrive-t-il ô Messager de Dieu ?" (rapporté par Ahmad).

Le Prophète lui-même, raconte Aïcha, "prenait soin de moi de façon particulière (al-lutf) lorsque j'étais malade" (rapporté par Al-Bukhârî).

Le Prophète faisait des courses à pied avec son épouse Aïcha, lui montrait le jeu des Abyssiniens.

S'embellir pour l'autre (autant que possible)
Ibn Abbâs disait :
"J'aime m'embellir pour ma femme comme j'aime qu'elle s'embellisse pour moi." (cité par At-Tabarî).

Vivre ensemble sa sexualité
Cela est un devoir qui incombe à tous deux, et non pas seulement à la femme.
Les Hadîths sont dans les deux sens (notamment celui de Ibn Amr, auquel le Prophète, énumérant les devoirs qu'il avait et lui demandant de ne pas exagérer : ". et ta femme a des droits sur toi.", rapporté par Al-Bukhârî).

D'après Ibn Taymiyya, en susbtance : "La femme a le droit à une sexualité épanouie, autant qu'elle le désire."

Cependant, pour l'un et pour l'autre, il ne s'agit pas de vivre l'acte sexuel comme un devoir seulement, mais comme une preuve d'intimité, comme le prolongement naturel de l'amour, de la bonté, de l'embellissement et de l'intimité que chacun connaît vis-à-vis de l'autre.

Avoir une juste confiance en l'autre
C'est un devoir que de rester fidèle à l'autre (en ne tombant pas dans les relations extra-matrimoniales - az-zinâ), et l'autre est naturellement porté à exprimer son attention sur ce fait.

Un équilibre se crée ainsi qui conduit chacun des partenaires à contribuer à la fidélité de l'autre.

Mais l'attention que l'on porte à l'autre ne doit pas être étouffante au point qu'il y ait des suspicions inutiles ou qu'il y ait un climat de manque de confiance.

C'est une juste confiance qui doit régner.

Le Prophète a dit :
"Il y a une jalousie (ghayrah) que DIEU aime et une jalousie qu'Il n'aime pas. La jalousie que DIEU aime est celle qui apparaît au moment d'un problème réel (ar-rîbah).

Et la jalousie que DIEU n'aime pas est celle qui existe alors qu'il n'y a pas de problème (rîbah)" (rapporté par Aboû Dâoûd).

Quant au fait de tuer son épouse sur la base d'une simple suspicion (cela se passe dans certaines régions où la tradition tribale et l'ignorance priment sur l'islam), cela n'a aucune place en islam.
 
 
 
 

Publié dans ADORATIONS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article