Il n'y a pas d’autre divinité en dehors d’Allah

Publié le par Sahih Din

 

 


Abou Dharr (radhia Allâhou anhou) rapporte que le Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam) a dit :

"Si un serviteur dit: "Il n'y a pas d’autre divinité en dehors d’Allah.", puis meurt avec cette formule, il entrera obligatoirement au Paradis."
Je dis : "Même s’il a forniqué ? Même s’il a volé ?"
Il répliqua: "Même s’il a forniqué et même s’il a volé."
Je dis (à nouveau) : "Même s’il a forniqué ? Même s’il a volé ?"
Il répondit (encore): "Même s’il a forniqué et même s’il a volé."
Je dis (une troisième fois): "Même s’il a forniqué ? Même s’il a volé ?"
Il dit: "Même s’il a forniqué et même s’il a volé, en dépit d’Abou Dharr."

(Boukhâri)



Note: L'expression arabe traduite par "En dépit d’Abou Dharr" signifie : "malgré toi et même si cela te déplaît !" En effet, Abou Dharr (radhia Allâhou anhou) était étonné d’entendre que ce serviteur ira au Paradis en dépit de ses grands péchés. La logique voudrait qu’il soit châtié pour ceux-ci. C’est justement pour repousser son étonnement que le Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam) a employé cette expression : "Même si cela te déplaît, Ô Abou Dharr ! Il ira au Paradis."

Après avoir commis des péchés, il se peut que la foi (du croyant, exprimée par sa profession de foi) le pousse à se repentir pour les expier, ou qu'Allah Taala le gracie sans lui infliger aucune punition; par ailleurs, si jamais il est châtié pour ses péchés, il entrera nécessairement au Paradis après ce châtiment (qui sera pour lui une sorte du purification).

Certains Oulémas ont affirmé que la récitation de "Lâ ilâha illallâh" dont il est question dans ce Hadice implique le fait d’apporter foi en l'ensemble des enseignements islamiques et de les observer, en sus de la reconnaissance de l'Unicité Divine.
(Ma’ârifoul-Hadice)

Source : "Mountakhab Ahâdîth" de Cheikh Youssouf Al Kândahlawi r.a.


Traduction: M. Ismaël

(Source :
http://www.muslimfr.com/ )

Publié dans ADORATIONS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article