Vingt septième nuit de Rajeb - an 620

Publié le par Sahih Din

 
 

 

Louange à Allah qui a effectivement embelli les invocateurs par des parures de piété et de dignité .
Il a déposé sur leur tête des couronnes de lumière et de gloire .

Je témoigne qu'il n'y a de divinité autre qu'Allah, Qui n'a point d'associés et que notre prophète Mohamed est Son serviteur et messager ( paix, salut et bénédiction sur lui ainsi que sur ses proches et ses compagnons, le parfum de sa descendance et ceux qui l'ont suivi dans sa vertu jusqu'à la fin de ce monde ) .

La communauté musulmane commémore, comme chaque année, l'évènement du voyage nocturne et l'ascension du prophète Mohamed ( paix, salut et bénédiction sur lui ) qui a eu lieu quelques temps avant l'Hégire ( Vingt septième nuit de Rajeb - an 620 ) .

Il existe plusieurs versions concernant la datation de cet évènement.
En effet, les imams traditionalistes ont rapporté cet évènement dans ses moindres détails .

Le miracle du voyage nocturne fait partie de ceux confirmés dans le texte du Saint Coran .

Il n'y a pas de moyen de réfuter, à moins que celui qui le fait soit têtu, orgueilleux et abjure les textes .

La communauté du prophète Mohamed ( paix, salut et bénédiction sur lui ) a été unanime sur le fait que le voyage nocturne s'est effectué avec le corps et l'âme noble du prophète Mohamed ( paix, salut et bénédiction sur lui ) .

Comme il fut rapporté par Ibn Al Qaym, Allah lui envoya le plus distingué des serviteurs de Son royaume, l'ange Jibril, accompagné des anges Michael et Israfil .

Le Prophète ( paix, salut et bénédiction sur lui ) dit au sujet de la visite des anges pré-cités :

« Alors que j'étais allongé près de la Ka'ba à demi- éveillé près de El hijr » .

Dans une autre version, il est dit que cette visite eut lieu dans la maison de Hum Hani.

Sayidina Mohamed (paix, salut et bénédiction sur lui) demanda :

« Ô Jibril! Le Très Généreux m'appelle. Que va t-il faire de moi ? » .

Jibril (paix et salut sur lui) répondit :

« Te pardonner les péchés antérieurs et postérieurs » .

(J'attire votre attention sur le fait que les prophètes ainsi que les envoyés sont infaillibles et ne commettent aucuns péchés, donc la réponse de l'ange Jibril concerne le pardon des péchés de sa communauté).


Sayidina Mohamed dit (paix, salut et bénédiction sur lui) :

« Cela me concerne personnellement mais qu'en est-il des personne à ma charge et de ma communauté ? » .

Jibril (paix et salut sur lui) répondit :

« Ton seigneur t'accordera certes
, et tu seras alors satisfait » .

(sourate.93.Ad-Douhâ, Le Jour montant ; verset.5) .

Et Jibril continua :

« Tu es le désiré de la Volonté Divine ( Irada ) et le but projectif du Valoir Créateur ( Mashia ). Or, tout est voulu pour toi, tu es voulu pour Lui et tu es le choisi, le meilleur ( Mukhtar ) de l'univers, le soleil des connaissances, la pleine lune des grâces subtiles .

Cette nuit est ta nuit, la suzeraineté est ta suzeraineté. Moi depuis que j'ai été créé, je suis dans l'expectative(attente) de cette nuit, le pouvoir d'intercession (Chafa'a ) t’a été donné en faveur des êtres dans le besoin » .

Sayidina Mohamed ( paix, salut et bénédiction sur lui) dit :

« Ô! Jibril patiente un instant que je fasse l'ablution » .

Jibril ( paix et salut sur lui) répondit :

« Je suis descendu avec une eau de Salsabil dans un cruchon fait de joyaux et de rubis ( dans une autre version eau de Zamzam ).

Sayidina Mohamed ( paix, salut et bénédiction sur lui )dit :

« Puis il ouvrit ma poitrine et il lava mon cœur et le remplit de sagesse, de foi et de lumière afin d'être préparé à cette vision » .

(Je voudrais vous faire remarquer que l'ouverture, ou dilatation, de la poitrine du Prophète (PSBL) s'est faite à quatre étapes dans sa noble vie).

Jibril approcha avec le Bouraq (palefroi nommé l'éclair), comme il a été rapporté par Anas (RAA) :

« La nuit de l'Isra wa Mir'aj, al Bouraq fut amené sellé et bridé.
A cet instant il se cabra mais Jibril lui dit :

« Pourquoi fais-tu cela par Allah ? Nul être plus honoré par Allah que cet homme (en voulant parler du sceau des prophètes paix, salut et bénédiction sur lui) ne t’a jamais chevauché.
Sur cela Al Bouraq commença à suer.

Rapporté par Tirmidhi ( Hadith Hassan ) .

Ibn al-Munir a dit :

« Lorsque Al Bouraq s'effaroucha, ce fut parce qu'il se sentit très fier et très heureux d'avoir à être chevauché par le Prophète ( paix salut et bénédiction sur lui).

Une chose semblable est arrivée lorsque le mont Uhud eut des secousses jusqu'à ce que le Prophète ( paix, salut et bénédiction sur lui) lui dise :

« Reste calme, il n'y a sur toi qu'un prophète, un siddiq et un martyr ( les deux compagnons du Prophète ) ».

(A noter que la montagne trembla de joie et non de colère) .

Une enjambée de cette créature ( Al Bouraq ) couvrait une distance allant jusqu'où son regard se posait .

Jibril dit au prophète Mohamed ( paix, salut et bénédiction sur lui) :

« Descends et prie ! » Il lui indiqua trois lieux différents. Puis lui demanda :

«Sais-tu où tu as prié ?»

Le Prophète (PBSL) répondit :

« Certes Allah sait toutes choses. » Il me dit : « La première fois tu as prié à Tayba (Médine) là où tu émigreras, la deuxième fois sur le mont Sinaï, lieu où Allah parla à Moussa (Moïse), et la troisième fois, tu as prié à Bayt laham (Bethléem), la ville où est né 'Issa (Jésus) fils de Marie » .

Abou Hourayra (RAA) a dit :

« La nuit où le Prophète ( paix, salut et bénédiction sur lui) fut emmené au temple sacré Bayt El Maqdes ( Jérusalem ), on lui proposa deux coupes l'une contenant du vin, l'autre du lait (dans une autre version : une troisième contenant de l'eau ).
Il choisit le lait puis le but .

Jibril ( paix et salut sur lui) dit alors :

« Louange à Allah qui t’a guidé vers la véritable nature originelle ( El Fitrah ). Si tu avais bu le vin ta communauté ( Oummah ) se serait égarée » .

Selon Ibn Al Qayim (RAA)

: « Le Prophète ( paix, salut et bénédiction sur lui ) fit le voyage nocturne corps et âme, de la sainte mosquée ( La Mecque ) au temple sacré de Jérusalem monté sur Al Bouraq et en compagnie de Jibril ( paix salut sur eux ) .

Sayidina Mohamed ( paix, salut et bénédiction sur lui) descendit à Jérusalem et dirigea la prière avec les prophètes, tandis- que Al Bouraq se trouvait attaché à la porte de la mosquée.

Puis il prit sa deuxième monture ( c'est à dire son moyen d'ascension graduelle) jusqu'au ciel le plus bas.

(A noter qu'il y a sept cieux, et que la distance et l’épaisseur entre chaque ciel sont de 500 années).

-Arrivé au premier ciel, Jibril ( paix et salut sur lui) demanda qu'on lui ouvre la porte, ce qui fut fait.
Il vit Adam ( salut sur lui ) le père des hommes, le salua et celui-ci lui souhaita la bienvenue.

Le Prophète (PSBL) dit :

« J'étais prophète alors qu’Adam était entre l'argile et l'eau » .

Allah montra ensuite à Son Messager ( paix, salut et bénédiction sur lui ) l'esprit des martyrs à sa droite et celui des mécréants à sa gauche.

-On le fit monter au deuxième ciel où il trouva 'Issa Ibn Mariam ( Jésus fils de Marie, salut sur lui ) et Yahya ( Jean, salut sur lui ) qui étaient cousins maternels qu’il salua.

Ils lui rendirent le salut et lui dirent :

« Bienvenue au frère vertueux, au noble prophète ! » .

-Au troisième ciel, il trouva Yousouf ( Joseph, salut sur lui ) et se saluèrent réciproquement.

-Au quatrième ciel, il trouva Idris ( Enoch, salut sur lui) et échangèrent leurs saluts.

Concernant Idris, Allah dit:

« Nous le ravîmes en hauts lieux » .

-Au cinquième ciel, il trouva Haroun Ibn 'Imran ( Aaron fils de Imran, salut sur eux ) et se saluèrent réciproquement.

-Au sixième ciel, il rencontra Moussa Ibn 'Imran ( Moise fils de Imran, salut sur lui ) le salua et celui-ci lui rendit le salut.

-On le fit monter au septième ciel où il rencontra Ibrahim Al Khalil ( Abraham l'intime ) ( paix, salut et bénédiction sur lui) le salua et celui-ci rendit le salut et lui dit:

« Transmets le salut à ta communauté ! »

Sayidina Ibrahim ( Abraham, paix, salut et bénédiction sur lui) était adossé à la maison peuplé(AlBaytAlMa'mour).

El Boukhari mentionne un autre Hadith de Quatadah ( RAA ) dans lequel il dit

: « Le Prophète ( paix, salut et bénédiction sur lui ) nous a dit :

« La maison peuplée est une mosquée au septième ciel qui surplombe la Ka'ba. Chaque jour, soixante- dix mille anges rentrent et prient et lorsqu'ils s'en vont soixante- dix mille autres arrivent. »

Au septième ciel son coursier fut l'aile de Jibril ( paix et salut sur lui ) jusqu'au lotus de l'extrême limite, endroit où Jibril ( paix et salut sur lui ) resta en arrière.

Sayidina Mohamed ( paix, salut et bénédiction sur lui ) lui dit :

« Ô ! Jibril cette nuit ne sommes-nous pas tes hôtes?
Comment donc celui qui invite resterait-il derrière son invité?

Est-ce que c'est ici que l'ami intime doit laisser son ami intime ? »

Jibril (paix et salut sur lui) répondit :
« Ô ! Mohamed tu es l'invité du Très Généreux et l'appel du Primordial.
Si j'avançais maintenant de la longueur d'un bout de doigt, je serais consumé. »

«Il n’y a personne d’entre nous qui n’ait une station connue »

(Sourate 37 Aç-çâffât ; Les Rangées. Verset 164).




Sayidina Mohamed ( paix, salut et bénédiction sur lui ) reprit :
« Ô ! Jibril cela devant être, n'as-tu pas besoin d'une faveur ? »

Jibril ( paix et salut sur lui) répondit :

« Si! Quand on te fera parvenir à la limite jusqu'au bien- aimé, là où il n'y a plus de confint, on te dira :

« Ici tu te trouves et ici je me trouve. »

Souviens-toi donc de moi auprès de mon Seigneur et qu'Il me donne la permission de déployer mes ailes sur le Sirat ( pont dressé au-dessus de l'enfer) afin que ta communauté le traverse comme un éclair. »

Alors qu'il reçut un vigoureux élan afin qu'il traverse soixante- dix mille voiles de lumière, la cinquième monture le rencontra.

Cette monture que l'on nomme( Rafraf), le tapis déployé comme l'oiseau en vole fait de lumière dont l'envergure couvre la distance entre l'Orient et l'Occident.

Notre prophète Mohamed ( paix, salut et bénédiction sur lui ) atteignit le Trône qui le retint par ses franges et l'appela par la langue de l'Etat Spontané en disant :

« Ô ! Mohamed! Ton bien- aimé Allah est épris d'une ardente inclination pour toi et descend jusqu'au ciel le plus bas. »

« Tantôt, Il processionne autour de toi monté sur le Commensal de Sa Présence et te porte sur le Rafraf de Sa Bonté
, Il te fait contempler la Beauté de Son Unicité [Le cœur n'a pas dénaturé ce qu'il a vu, la vue n'a pas dévié ni dépassé les limites ].

Tantôt Il te fait pénétrer la Sublimité des Secrets de Son Royaume Céleste
.

Tantôt, Il t'approcha très près de la Présence de Sa Proximité. »

Coran : « Il se trouve à la distance mesurant deux arcs de cercle et même plus près. »


Puis le Trône dit :

« Ô !Mohamed ! Il m'a créé dès- qu'Il le fit, je fus ébranlé par une crainte révérencielle sous l'effet de Sa Majesté. Il écrivit sur ma verticale (Qi'ima):

« Nul Dieu autre qu'ALLAH »

Devant la crainte engendrée par Son nom, ma vibration s'acrrue.

Mais quand il eut écrit sur moi :
« Mohamed est le Messager d'Allah. »

Mon agitation trouva le repos et ma frayeur se calma.
Ton Nom apporta la sécurité à mon cœur.

Ô ! Mohamed! Tu es l'Envoyé, Miséricorde pour les êtres de l'univers.

Ô !Mohamed! Comment celui dont l'Essence n'a nulle limite, ni les qualités de nombre, pourrait-Il avoir besoin de moi ou être supporté par moi?

Il m'a existancié de Sa Miséricorde par pure grâce et faveur!
S'Il m'anéantit c'est encore une marque de Sa faveur et de Son équité!

Ô ! Mohamed! Je suis porté par Sa puissance et par Sa sagesse.
Comment donc conviendrait-il au porteur d'être porté !

A cet endroit où il fut détourné du Piédestal du Trône, où il entendit l'écriture de la Plume Céleste sur la Table Gardée ( Lawh el Mahfoudd ) par lui on me dit :

« Ô ! Amant éperdu! Voici une beauté que Nous avons ternie et une Excellence que Nous avons voilée.
Seul peut donc le regard d'un Bien- Aimé ( Habib ) que Nous avons choisi et un orphelin que Nous avons élevé. »

C'est alors que la sixième monture s'avança ( Al Ta yid ).

Sayidina Mohamed ( paix, salut et bénédiction sur lui ) ne vit personne, une voix d'en haut lui dit :

« Ton gardien vigilant est devant toi, te voici, toi et ton Seigneur! »

Sayidina Mohamed( paix, salut et bénédiction sur lui )répondit :

« Je demeure perplexe, je ne connais pas ce dont je parle et je ne sais pas ce que je fais car quelque chose de plus doux que le miel est tombé sur mes lèvres, plus rafraîchissant que la neige et d'une délicieuse senteur plus parfumée que le musc. Or, cela m’a permis d'être plus savant que tous les prophètes et envoyés réunis. »

Ces paroles s'échappèrent alors de ma langue :

« Les oeuvres vivifiantes et les influences bénies à Allah, les oraisons des grâces unifiantes et les actes excellents sont à Allah( a-tahyatou lilah a-zakiyatou lillah ). »

On me répondit alors :

« Que la Paix soit sur Toi ! Ô ! Prophète ! La Miséricorde d'Allah et ses influences bénies. »

J'associais mes frères les prophètes, ainsi que les serviteurs vertueux de ma communauté, dans la faveur dont j'avais été gratifié en disant : « La paix sur nous et sur les serviteurs intégrés d'Allah ! »

Il s'approcha alors au point d 'en être séparé que par la longueur de deux arcs de cercle et moins.

On aurait pu supposer que le Seigneur était assujetti au lieu.

C'est pourquoi sa parole :

« Où plus près nia le lieu et Allah fut avec lui là où il n'y a jamais eu de lieu, ni temps, ni cycle temporel,ni condition d'existence. »

On a dit aussi qu'il s'approcha plus près par l'intercession et rechercha l'approche de son Seigneurparl'exaucement.

On peut dire encore qu’il s'approcha plus près par le service Divin et chercha l'approche de son Seigneur par la miséricorde.

Par ailleurs, le sens de « s'approcha » ne peut être compris par des mots mais plutôt par goût.

Une voix fut perçue :

« Ô !Mohamed ! »

Allah lui révéla ce qu'Il lui révéla et lui imposa cinquante prières ainsi qu'à sa communauté.

Puis Sayidina Mohamed ( paix, salut et bénédiction sur lui) regarda et vit une lumière immense.

Il ( paix, salut et bénédiction sur lui) dit :

« Qui est cette lumière ? »

On répondit :

« Ce n'est pas une lumière mais les jardins de Fardaws qui se trouveront correspondre à tes pieds lorsque tu t'élèveras par degrés ,ce qui est en- dessous de tes pieds leurs servira de rançon.
Ici tu reconnais réellement Mon Unité, et en toute foi reconnais- la maintenant dans le monde de la Présence Attestée par Contemplation et Vision à découvert. »

Ibn El Quayym a rapporté une divergence au sujet de la vision :

« La vue de l’œil et la vue du cœur. »

Ce qu'on a rapporté d'Ibn Abbas (RAA) fait état d'une vue absolue et d'une vue de cœur.
Toutefois la première n'exclut pas la seconde.

« Ô !Mohamed ! C'est Nous qui t'avons envoyé comme témoin annonçant la bonne nouvelle et comme avertisseur.
C'est pourquoi Je te fais voir Mon Paradis afin que tu constates ce que J'ai préparé pour Mes saints.
Je te fais voir aussi Mon feu infernal afin que tu constates, ce que J'ai réservé à Mes ennemis ! »

(pour une raison de temps nous ne pouvons pas détailler tout ce que le Prophète( paix, salut et bénédiction sur lui) a vu au Paradis et en Enfer).

Au retour, le Prophète ( paix, salut et bénédiction sur lui) passa devant Moussa( paix et salut sur lui) qui lui demanda :

« Que t-a-t-il ordonné de faire ? »

Le Prophète ( paix, salut et bénédiction sur lui) répondit:

« Cinquante prières ! »

Moussa( paix et salut sur lui) reprit:

« Ton peuple ne supportera pas cela ! Retourne auprès de ton Seigneur et demande Lui de les réduire ! »

Le Messager d'Allah( paix, salut et bénédiction sur lui) se retourna vers Jibril (paix, salut et bénédiction sur lui), comme pour lui demander son avis.

Celui-ci fit un signe voulant dire :

« Oui, si tu veux ! »

Selon la formulation d'Al Boukhari à certains égards, Allah défalqua dix prières des cinquante.

Le Messager d'Allah( paix, salut et bénédiction sur lui) ne cessa de faire la navette entre Moussa( paix et salut sur lui) et Allah le Tout- Puissant, jusqu'à ce qu'il ne reste que cinq prières.

Moussa( paix et salut sur lui) lui conseilla de retourner demander une réduction, mais Sayidina Mohamed ( paix, salut et bénédiction sur lui) dit :

« J'ai honte de mon Seigneur, je me contente des cinq prières ! »

Lorsqu'il fut éloigné, quelqu'un appela et dit:

« J'ai imposé Mon obligation et soulagé Mes serviteurs ! Cinq prières en obligation et cinquante en valeur ».

Le prophète Sayidina Mohamed ( paix, salut et bénédiction sur lui) dit :

« Me voici, mon Seigneur, à Ton service ! »

Allah (SWT) dit:

«Ma parole est immuable telle qu'elle fut décidée dans l'écriture mère !»


Umm al Kittab sourate "Le tonnerre" verset 39 :

« Chaque bonne action est récompensée dix fois plus, le nombre de prières prescrites dans l'écriture est cinquante, mais vous êtes obligés d'en accomplir que cinq, puisque chacune a la valeur de dix prières. »

Sur le chemin du retour entre le temple sacré de Jérusalem et la Mecque, le Prophète( paix, salut et bénédiction sur lui) vit des caravanes progresser dans le désert.

Au matin, il fit part de son voyage nocturne aux quouraichites qui se moquèrent de lui et le rapportèrent à Abou Bakr (RAA) , qui rétorqua :

« S'il le dit c'est que c'est vrai ! »

Ce qui lui valut le surnom de « ASSIDDIQ » (qui témoigne de la vérité).

Plus tard les caravanes que le Prophète( paix, salut et bénédiction sur lui) avait vu en revenant de Jérusalem arrivèrent à la Mecque confirmant ses dires.


Allah est plus Savant.
 
 

Publié dans ADORATIONS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article